Cette année, la Journée Nationale des Aidants a pour thème le répit. Il a été choisi, voté, par les aidants lors d’une consultation en ligne l’année dernière. Etrange coïncidence que le répit soit le thème de l’année du Covid. Année où les aidantes et aidants ont été encore plus sollicités, broyés par le confinement, déstabilisés et éreintés par le déconfinement.

 Alors que le répit apparaissait déjà comme un concept lointain, quand il n’était pas ignoré de la majorité des aidants, quelle brutale ironie de le mettre à l’honneur l’année où l’on en demande encore plus aux aidants, l’année où, pendant 3 mois, ils se sont retrouvés confinés à domicile avec des enfants, des conjoints, des parents, des proches malades, handicapés.

Portes-ouvertes

Le confinement, on connaissait. Enfin, c’est ce qu’on croyait. Parce que là, les limites qui semblaient déjà bien lointaines ont encore été repoussées. Nous sommes devenus soignants, éducateurs spécialisés, orthophonistes, AESH, prof, psychomotricien, et j’en passe. Nombre d’entre nous a eu à faire des gestes quotidiens qu’ils n’auraient jamais envisagé. Prendre soin, oui, mais jusqu’à quel point? “C’est naturel d’aider”. On ne va pas repartir sur le débat du naturel, non. Bien que j’entende encore tellement cet argument. Le naturel, nous en sommes sortis sur les rotules. En sortant, le déconfinement a fini de nous achever avec ses multiples directives, ses peurs collatérales pour nos êtres fragiles, ses incompréhensions par une majorité qui n’entend pas l’étendue du “risque” dans “population à risque”. Cette chape de plomb qui ne quitte pas nos poitrines d’aidants, ce poids à chaque inspire et à chaque expire, ce vide et cet isolement quotidiens n’auront pas connu de répit, bien au contraire.

PORTES OUVERTES-2

Nous avons maintenu une ligne téléphonique d’écoute pendant le confinement. Nous ne sommes pas psychologues, ni assistants sociaux, seulement des aidants qui parlent à des aidants, qui proposent une écoute, qui elle aussi peut s’entendre comme du répit. Prenez toutes les histoires que vous avez pu lire sur les difficultés des parents qui se retrouvaient profs, devaient jongler avec le télé-travail, l’organisation de la maison, la fratrie….et multipliez-les. Par combien? J’en sais rien, c’est selon. Mais cette réalité augmentée laisse des traces et pour les adoucir, un peu, le répit peut prendre bien des formes. Chez nous, cela a été une tournée de Bao Pao, un barbecue des parents extraordinaires, des séjours de répit, des RDV des parents extraordinaires, des infos, qui reprennent malgré tout. Ce n’est jamais assez, mais on fait notre part 😉

Découvrez nos offres de séjours adaptés et de location de salles:

Et pour tout cela, on va braver cette organisation non organisée, cette rentrée bizarre, ce sentiment de ne pas trop savoir…pour ouvrir nos portes, vous faire découvrir notre ferme “répit friendly” puisque ça n’a jamais été autant d’actualité. Tout l’été nous avons reçu des familles aidantes, avec elles, leurs histoires, leurs bagages très lourds à déposer à l’entrée du gîte pour essayer de profiter, un peu. De souffler, beaucoup.
Toute l’année, nous recevons des parents extraordinaires, pour parler, un peu. Pour lâcher, un temps.

Les aidants, c’est devenu notre combat, en 2016 quand on a crée Les bobos à la ferme. Le répit, c’est devenu notre thème en 2017 quand on a créé Le laboratoire de répitDe là, découle tout ça, ici, chez nous. Et c’est pour cela que l’on vous ouvre nos portes. Pour vous faire découvrir notre offre de répit non institutionnelle, notre écosystème “fait maison, cousu main”, avec pour l’instant, un gîte, une salle Snoezelen et une salle d’activités..

On vous attend les 9 et 10 octobre, de 9h à 18h, pour vous expliquer pourquoi ce gîte, pourquoi cette salle Snoezelen et pourquoi cette salle d’activités. Et pourquoi le reste qui se construit doucement, au quotidien, sous les efforts de Louis et de nos artisans et bénévoles. Vous avez dit répit? 😉

Chargement en cours...

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *